Durant les dix dernières années, l’ONA a encouragé les artisanes kairouanaises à produire davantage de nouvelles créations de tapis inspirées du patrimoine tunisien et répondant à l’évolution des goûts de la clientèle et de la mode.

Et c’est pour promouvoir continuellement ce secteur au niveau tant de la production que de la commercialisation, que ce soit à travers la rénovation et l’innovation du produit ou à travers la rationalisation des circuits de distribution, qu’à été lancé en 1996 le festival national du tapis dont la 14e session sera organisée du 8 au 11 mai.
L’Association‑du festival du tapis, le gouvernorat et l’ONA ont retenu pour cette manifestation des activités pour ceux qui aiment les arts et la culture, pour les artistes, pour les hommes d’affaires et pour les artisanes.
Démarrage au Montazah des bassins des Aghlabides où les touristes et le public kairouanais pourront apprécier une animation particulière avec la présence de troupes folkloriques et d’arts populaires, sans oublier les ateliers de démonstration de fabrication du tapis, la dégustation de spécialités culinaires traditionnelles et la distribution de cadeaux aux touristes.
Ensuite, on assistera à un colloque intitulé «Perspectives du secteur touristique dans le gouvernorat de Kairouan» qui sera suivi de l’inauguration, à la place des Martyrs, d’une exposition nationale commerciale de tissage et d’artisanat puis au musée national du tapis, d’une exposition de la créativité dans le domaine du tapis réalisée par les étudiants de l’Isam.
Outre l’animation quotidienne des quartiers de la ville, le public kairouanais pourra assister les jours suivants à des pièces de théâtre, à des tours de magie, à des spectacles de chant, à des soirées d’animation, à des concours de dessins relatifs au thème du tissage et à une soirée d’élégance et de glamour avec notamment un défilé d’habits traditionnels qui sera organisé par l’Unft.
Par ailleurs, on organisera une tribune de dialogue «Les mécanismes de la formation continue dans le secteur de l’artisanat».
M. Brahim Malouche, président du festival, nous précise dans ce contexte : «A travers cette importante manifestation, les organisateurs désirent mettre en relief la richesse du tapis kairouanais, le réhabiliter, le préserver de la marginalisation et le promouvoir surtout en cette période de l’année où la ville est visitée par plus de 1.500 touristes par jour».

Festival national du tapis